Le Petit Thalamus de Montpellier

Top

La chronique française, introduction linguistique

par Chantal Wionet (Université d’Avignon et HEMOC)

AI / A

On rencontre dans la Chronique un grand nombre de mots où le digramme « ai » apparaît en lieu et place d’un « a » moderne, comme dans Espaigne, acompaignez, correspondant à des doublets dont il reste des traces aujourd’hui Montaigne / la montagne, et qui furent normalisés au 17e siècle, ainsi que le montre le grammairien Laurent Chifflet11. Chifflet, Laurent , 1659, Essay d'une parfaite Grammaire de la langue françoise Ou le Lecteur trouurera, en bel ordre, tout ce qui est de plus necessaire, de plus curieux, et de plus elegant, en la Pureté, en l'Orthographe, et en la Prononciation de cette Langue, Anvers. en 1659 :

I’ay desja dit, en la prononciation de l’a, n. I8. qu’on n’escrit plus l’i aprés l’a, deuant gn, aux mots où il ne se prononce pas: comme, Espaigne, campaigne, gaigner etc. Mais l’on escrit, et l’on prononce, Espagne, campagne, gagner, compagnon etc.

Apparemment présentes devant « gn » selon Chifflet, dans le texte ces formes se trouvent également devant le seul « g », comme dans domaige, ou ymaige, ce qui semble correspondre à des habitudes d’écriture bien plus qu’à des manières de prononcer.

Cette variation peut aussi apparaître dans le sens inverse, soit A pour AI ou pour E – quelle que soit sa prononciation – comme par exemple dans les fortarresses de la ville (1529). Ceci encore est un phénomène connu à travers les remarques de Vaugelas, qui cherche à stabiliser un siècle plus tard la distribution de « a » et « e » dans le lexique courant :

Vaugelas, 164722. Vaugelas, Claude Favre de , 1647, Remarques sur la langue françoise, A Paris, chez Vve Camusat et P. Le Petit. Guarir, guerir, sarge. Autrefois on disoit l’vn et l’autre, et plustost guarir, que guerir, mais aujourd’huy ceux qui parlent et escriuent bien, disent tousjours guerir, et jamais guarir. Aussi l’e est plus doux que l’a, mais il n’en faut pas abuser comme font plusieurs qui disent merque, pour marque, serge, pour sarge (toute la ville de Paris dit serge, et toute la Cour, sarge) et merry, que tout Paris dit aussi pour marry.