Le Petit Thalamus de Montpellier

Top

Les thalami montpelliérains : genèse, tradition manuscrite et codicologie

par Pierre Chastang (DYPAC)

Thalami et rituels du serment

La présence de ce texte dans un des manuscrits des petits thalami de la ville de Montpellier s’inscrit dans un contexte culturel et intellectuel plus général. Les vertus connaissent, au cours du XIIIe siècle, une politisation, marquée par l’émergence du concept de virtus politica qui était absent de la tradition antérieure, si l’on excepte le Songe de Scipion de Macrobe. Les premières discussions de cette notion n’interviennent pas avant le XIIe siècle, lorsque certains porrétains, Alain de Lille en tête, distinguent vertus catholiques et vertus politiques, ces dernières étant souvent, dans la tradition postérieure, assimilées aux vertus cardinales. Les traductions latines du Politique et de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote, qui proposent une théorie des vertus orientée vers la vie civile, sont commentées dès 1274 par Pierre d’Auvergne. Mais la question des vertus s’insère également dans le champ de la réflexion politique et gouvernementale, grâce au développement d’une littérature consacrée au regimen médiéval. La question éthique, étendue au domaine du gouvernement terrestre, est au centre de l’articulation médiévale du domaine du politique à la volonté de Dieu et aux fins dernières de l’existence terrestre. Selon Michel Senellart, le discours sur les vertus, singulièrement sur la prudence telle que la définit Thomas d’Aquin, joue également un rôle central dans la formation, à partir du XIIIe siècle, d’une rationalité instrumentale du gouvernement : La visée de la fin bonne, cependant ne suffit pas à rendre compte de la pratique de la prudence selon Thomas. Car elle n’est pas elle-même une vertu morale, mais une disposition de l’intelligence pratique, conforme à l’appétit droit, nécessaire pour s’orienter dans le domaine du contingent. À ce titre, par l’attention spéciale qu’elle porte sur les moyens d’agir, elle ouvre le champ à une rationalité de type instrumental (Michel Senellart, Les arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, 1995, p. 178-179).

Or la construction d’instruments aidant à la prise de décision se trouve précisément au cœur de la rédaction des petits thalami. La consultation par les rectores de la communauté de corpus qui fondent et réorganisent les sédimentations textuelles produites par l’histoire même du gouvernement de la ville participe d’une sagesse pratique. Elle s’incarne dans une forme de raison prudentielle fondée sur la prise en compte des intérêts partagés d’une communauté d’habitants juridiquement constituée. Les textes assemblés possèdent de la sorte, pour reprendre le vocabulaire utilisé par Jan Assmann dans La mémoire culturelle. Écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, à la fois une valeur normative – le passé guide les décisions à venir – et formative – leur présence contribue à l’affirmation de la communauté urbaine comme groupe social particulier.